Chers Colombiens,

Comme nous l’anticipions, nous assistons ces dernières semaines à une intense campagne de désinformation de la part de l’association R-URBAN soutenu par l’opposition socialiste qui pourtant est à l’origine du départ contraint de l’Agrocité de Colombes mais qui cherche à en faire porter la responsabilité à l’actuelle municipalité.

 

Voici les faits :

L’ancienne municipalité (2008-2014) a souscrit à un projet d’occupation temporaire de terrains en friche pour promouvoir l’écologie urbaine et le développement durable. Une convention a été signée en ce sens entre R-URBAN, la ville de Colombes et l’Union Européenne, laquelle prévoyait que ce terrain serait libéré à l’issue du projet, soit le 30 septembre 2015Il est donc inexact de dire, et pire encore de laisser croire que cette date est une surprise.

Il est également important de souligner que ce terrain devait être libéré au 30 septembre 2015 parce qu’il est indispensable à la bonne réalisation des travaux programmés de rénovation urbaine du quartier des Fossés Jean.

En un mot, réduire les intentions de la municipalité pour ce terrain à un parking est juste mensonger et occulte volontairement le plus important : la rénovation urbaine.

Néanmoins, depuis que nous avons hérité du dossier en avril 2014, nous avons travaillé à pérenniser tout ou partie du projet notamment en recherchant des solutions pour trouver un ou plusieurs lieux d’accueil de l’Agrocité. Avec nos collègues élus et les équipes municipales, nous avons investigué toutes les pistes possibles sur la ville de Colombes. Les recherches se sont étendues au-delà de la ville de Colombes avec le Conseil Général pour chercher une solution sur les propriétés du département ou auprès du député socialiste élu au conseil municipal de Colombes pour nous soutenir dans cette démarche auprès du gouvernement et de la région Ile-de-France.

Pendant ce temps, que faisait R-Urban ? Ils ont décidé tout simplement de ne plus participer aux réunions de travail avec les élus et les services de la ville.

Maintenant, il est évident que nous ne pouvons mettre en danger le chantier de rénovation urbaine du quartier.

Encore une fois, nous considérons que ce dossier méritait de dépasser les clivages politiques traditionnels dans l’intérêt des colombiens. Force est de constater que l’intérêt général n’intéresse ni l’ancien maire, ni l’actuel député socialiste.

Vos élus UDI continuent de proposer à l’association R-Urban de revenir à la raison en revenant s’asseoir à la table de discussions avant la fin de l’année 2015.

Nous continuons à croire que ce projet peut servir l’intérêt des habitants. S’il ne peut se faire aujourd’hui sur la ville de Colombes, nous pouvons à nouveau travailler ensemble pour trouver de nouveaux lieux où il serait possible de déménager la structure modulable de l’Agrocité. Enfin, nous proposons à R-Urban de commencer à anticiper les impératifs techniques du déménagement en préparant les infrastructures et en libérant au moins partiellement le terrain le plus rapidement possible pour ne pas pénaliser les habitants du quartier des Fossés Jean qui attendent de nouveaux logements et des aménagements urbains de qualité.

Nous sommes certains que ces actions marqueraient un vrai changement d’état d’esprit de la part de l’association et permettrait d’engager des discussions sérieuses visant à sauvegarder les actions initiées par le site.

Vos élus UDI,
Ludovic Arnould et Samuel Metias